Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pim's
  • Le blog de Pim's
  • : Les hippocampes... Ma passion ! Tout ce qu'il faut pour en apprendre un peu plus sur cette fascinante petite bête !
  • Contact

Sites sur les hippocampes !

Demander C'est Trouv

hippoandco

Ya Quelques Temps

18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 19:00

Pour continuer dans la série reportage et documentaire sur l'hippocampe. Ce soir, je vous propose l'excellent reportage de Jean Painlevé dont je vous avais déjà parlé ici.

L'hippocampe est un film de 1933, en noir et blanc d'une durée de 13 minutes, la musique est signée Darius Milhaud.

Avec ce film, Jean Painlevée observe d'aussi près que possible les amours de l'hippocampe. Hélène Hazéra faisait en 1990, ce commentaire sur le film :

" Comme tout syngnathe qui se respecte, le mâle hippocampe nourrit les oeufs que la femelle a déposés dans une poche patricielle. Emotion quand, avec ses allures de dragon d'Uccello (le contraire serait plus juste), l'hippocampe accouche en roulant des yeux en signe de souffrance. (…) Pour des travellings au fond de l'estuaire de la Garonne, David, l'ingénieur des studios Pathé, avait bricolé une Sept (petite caméra qui ne permettait de charger que sept mètres de pellicule) dans un caisson étanche : la première caméra insubmersible mobile. Faut-il dire que L'Hippocampe a accouché de tout le cinéma de Cousteau… " 

Mon avis : Même si ce reportage est "vieux" (ben oui, 1933 c'est quand même pas hier), il est d'une qualité extraordinaire. Que ce soit au niveau de l'image ou même des informations données, ce film est un petit bijou et une mine de renseignements pour tous les amoureux des hippocampes !

A regarder encore et encore...

BIOGRAPHIE (extrait de wikipedia) : 

Painlevé s'est distingué par des documentaires scientifiques et est à juste titre considéré comme l'un des pères fondateurs du cinéma scientifique.

D'abord méprisé par le monde scientifique, qui juge indigne et peu sérieux le cinéma en tant qu'outil d'observation scientifique, il est bientôt remarqué par les surréaliste et notamment André Breton qui admire la vision plastique et évocatrice de ses films.

De sa rencontre avec Jean Vigo naît une réelle amitié et une collaboration artistique en tant que scénariste.

Investi dans la lutte antifasciste, il réalise Le Vampire comme parabole de l'histoire européenne de son temps, stigmatisant ainsi l'esprit de prédation. Après la seconde guerre mondiale, Il participe à la création de l'union mondiale des documentaristes.

Il s'oppose à la création du festival de Cannes et à son cortège de récompenses, pour lui lieu symboliques des petits arrangements et luttes de chapelles.

Son œuvre se caractérise par le souci de l'exactitude descriptive de ses sujets et par le désir profond de partager l'émotion et l'émerveillement face au « mystères » de la nature que ses films contribuent à dévoiler.

Jean Painlevé est l'un des fondateurs de l'Institut de cinématographie scientifique et de la Commission supérieure technique de l'image et du son.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires