Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Pim's

Phyllopteryx taeniolatus

1 Septembre 2008 , Rédigé par Pim's Publié dans #Les espèces

Ce soir c'est le Phyllopteryx Taeniolatus que je vous présente...
Découvert par Lacepède en 1804 aux larges des côtes australiennes, le Phyllopteryx taeniolatus est appelé par nos amis anglophones  "Common Seadragon"... (Dragon des mers communs pour les linguistes du dimanche)


Si le genre hippocampus ne dépasse guère les 30 cm, les dragons des mers n'ont eux aucun mal à atteindre cette taille... Il n'est pas rare de trouver des spécimens de près de 50 cm !! Belle bête !
Leur coloration est très variable en fonction de la profondeur mais ils revêtent la plupart du temps de très jolie couleurs assez "flashy".


Ils vivent habituellement dans des eaux peu profondes (moins de 50m) et dans les zones récifales. Biensur comme je l'ai déjà dit à plusieurs reprises, le phyllopteryx taeniolatus et plus généralement tous les dragons des mers sont endémiques des côtes australiennes. Nous retrouvons donc cette jolie bêbête dans l'est de l'Océan Indien, au sud ouest de l'Australie et jusqu'à la Tasmanie.


Leur maintien en captivité est loin d'être aisé... tout du moins pour les amateurs. Comme ses cousins les hippocampes, le Phyllopteryx taeniolatus doit être maintenu seul car il craint lui aussi la concurrence alimentaire. De plus, un bac d'un minimum de 1000 L est à prévoir. La reproduction n'a lieu qu'une fois par an, aux environs du mois d'Octobre. Là encore, c'est le mâle qui portent les petits entre 250 et 350 oeufs non pas dans son marsupium (poche ventrale) mais sous sa queue... comme vous avez déjà pu le voir ici. A la naissance les jeunes ont déjà une taille de 35 mm. Au bout de seulement 3 heures, ils ont déjà la grâce de leur pair et se balance au gré des vagues aussi bien que des champions de natation !

Encore une fois, le dymorphisme sexuel est assez marqué... Madame Phyllopteryx étant malheureusement moins gatée par Dame Nature que son homme !


Comment différencier le Phyllopteryx Taeniolatus des autres hippocampes ? Il est notamment reconnaissable grâce aux sortes d'ailettes qu'il possède. En effet, son frère le phycodurus eques est beaucoup plus feuillu, tandis que lui ressemble plus à un arbre en hiver...

Allez j'suis sure qu'avec un peu d'entrainement vous y arriverez !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
salut
Ces "hipos"sont fascinants, on dirait un paradis dans mer .lol
à bientôt

julian
Répondre
J
salut
Ces "hipos"sont fascinants, on dirait un paradis dans mer .lol
à bientôt

julian
Répondre
P

Ravi que tu sois reparti si enchanté de cette petite nage sur mon blog !
Reviens à l'occasion !
Pim's


P
Il est magnifique... on dirait un cerf-volant chinois en soie...
Répondre
P

LOL... contente que ces chinoiseries t'es plu !
Je reconnais bien l'artiste en toi !!! ;) ... et la femme de lettre aussi... jolie rime en "oi" !
Bisouxx ma Nou
Pim's


C
merci pour tous ces renseignements
bonne journée
Répondre
P

C'est avec plaisir !
Reviens quand tu veux Canelle !
Bonne soirée !
Pim's


U
Heureusement que la femelle est moins gâtée que la mâle par Dame Nature , c'est qui , qui porte les gamins :-D
J'suis obsédé par le sujet lol

Bonne nuitée PiM's
Bizs
Répondre
P

Ouais... je vois que la grossesse te préoccupe beaucoup ! lol
Peut etre es tu déçu de ne pas pouvoir toi aussi porter tous les oeufs de ta femelle !
Bisoux a toi Urban !
Pim's